Le bien-être au travail, un nouvel enjeu pour les entreprises

Le but d’une entreprise est et reste, fondamentalement, de se développer et de réaliser des bénéfices. Cependant, les évolutions de la société font qu’il est désormais indispensable pour les entreprises de prendre en compte d’autres paramètres, comme le bien-être des salariés. Ce point s’impose d’ailleurs autant comme une obligation sociétale que comme un réel enjeu pour leur développement. Néanmoins, le déploiement d’une vraie politique de qualité de vie au travail peut s’avérer plus complexe qu’il n’y paraît.

Qu’entend-on réellement par le bien-être au travail ?

Les derniers bouleversements qu’a connus notre monde (et notamment la crise du Covid-19) ont profondément changé le rapport au travail. Les salariés attendent désormais que leur métier ait du sens, mais souhaitent surtout se sentir épanouis dans leur emploi. Or, qu’entend-on réellement par « se sentir épanoui » ? La question est presque philosophique, et les réponses sont en réalité aussi nombreuses que les salariés eux-mêmes. On peut toutefois avancer sans grand risque que de meilleures conditions de travail, comme une plus grande place accordée au télétravail ou un management plus bienveillant et intégrant davantage les équipes, y participent presque à coup sûr. Cette approche semble d’ailleurs bien plus pertinente ─ et pérenne ─ que l’installation d’espaces dits de détente couplés à un management faussement bienveillant et autoritaire, comme déployé dans de nombreuses entreprises. Mais apprendre ces nouvelles méthodes de gestion des ressources humaines, reposant énormément sur les softskills des managers, impose parfois une révolution copernicienne à bien des entreprises, qui doivent dès lors recourir à des partenaires pour les accompagner dans ces évolutions.

S’appuyer sur des partenaires, un réflexe de bon sens

Le bien-être au travail, s’il est aujourd’hui nécessaire à la croissance des entreprises, n’est que rarement une préoccupation native pour ces dernières. Le recours à des partenaires, aussi bien pour se former à de nouvelles pratiques (ou respecter des obligations légales, comme la prévention des conduites addictives sur le lieu de travail) que pour analyser les besoins réels au sein de chaque entreprise, s’impose dès lors à la fois comme une nécessité et un réflexe de bon sens, qui permet aux dirigeants de mettre en place une politique adaptée à la situation comme de se concentrer sur la gestion de son entreprise. Cela demande toutefois un réel investissement, financier mais surtout personnel, mais dont il serait très dommageable de se passer. Car il serait faux d’imaginer que le bien-être au travail n’est, au fond, qu’un gadget sociétal, une mode.

Un véritable enjeu de croissance

Un lieu commun veut que la vraie richesse d’une entreprise soit faite de ceux qui la composent. Cette image n’est pourtant pas dénuée de fondement, car ce sont les salariés qui font la croissance d’une entreprise, et des collaborateurs épanouis dans leur travail seront plus impliqués et plus productif. De plus, dans un contexte de tensions sur les recrutements, déployer une politique de bien-être au travail peut s’avérer être un argument de poids pour attirer les meilleurs profils. Par conséquent, prendre en compte le bien-être des salariés se révèle être à la fois une manière de répondre aux nouvelles aspirations sociétales, mais aussi et surtout comme un véritable vecteur de croissance pour les entreprises.

Add a Comment

Your email address will not be published.